Anticipations

Un multicoque ne gite pas, la surpuissance dans les voiles ne s’échappe pas, de ce fait, elle est plus difficile à percevoir. Img 4811

Les bateaux récents possèdent un manuel avec les voiles à établir selon la vitesse et l’orientation du vent. Si vous ne vous sentez pas complètement à l’aise avec votre bateau, suivez scrupuleusement les instructions fournies dans ce guide, vous pourrez lâcher les chevaux petit à petit avec le temps et l‘expérience.

L’anticipation dans les réductions de voilure est essentielle. Le baromètre et l’anémomètre dans les transitions météo sont des alliés précieux pour les choix à prendre sur la bonne conduite du bateau. Une arrivée de grain doit également être surveillée avec attention car le vent peut monter brusquement avec une rotation plus ou moins importante. Si un doute existe, réduisez votre voilure, il est toujours plus facile de remettre de la toile que d’en retirer. Les efforts sur les multicoques sont plus importants que sur un monocoque. Se faire dépasser par la machine peut éventuellement arriver à ceux qui n’auront pas anticipé ces transitions parfois très rapides.
 
Quelques astuces pour améliorer l'anticipation :
  • Avant de partir, vérifiez que les drisses soient un minimum tendues pour éviter ainsi qu’elles ne s’entourent sur le mat, le feu de pont ou les barres de flèches 
  • Dès une manoeuvre finie, lovez les bouts, ranger ce qui traine sur le pont pour gagner en réactivité et sérénité pour la prochaine manœuvre
  • Avant d’effectuer une manœuvre délicate ou pas parfaitement maîtrisée, visualisez la dans votre tête avant de commencer pour limiter les « aléas » et gagner en efficacité
  • Expliquez à votre équipage la manœuvre avant de commencer. Ainsi chacun sera rassuré et saura ce qu’il a à faire. Expliquez aussi les alternatives en cas d’échec, ainsi pas de stress pour l’équipage et le capitaine et tout le monde gardera pour lui ses injures, cris et onomatopées.
  • Préparez votre route le soir au calme et relisez vos notes avant de partir. Cela permet d’avoir une vue globale de la navigation à l’esprit et de prendre des décisions plus sereines.
  • Sur des navigations côtières prévoyez les solutions de repli sur la route en cas d’imprévu, validez les entrées de port (horaire si besoin, les courants, conditions météo non favorables …) 
  • Réduisez la voilure avant la colère d’Éole, ainsi en cas de problème ou de mauvais timing, il est toujours plus facile larguer des ris que d’en prendre. La vigilance sur la réduction de voilure doit être accrue dans les cas suivants :
    • passage d’un cap ou d’un havre, d'une embouchure, d'un delta (effet venturi)
    • arrivée d’un grain (noir ou blanc)
    • conditions météo non annoncées par les prévisions = temps instable
    • sortie d’un port avec une idée peu précise du vent existant
    • vent de terre
  • Les hauts fonds lèvent une mer souvent hachée et dure. Les multicoques ne sont pas trés à l'aise dans ce genre de mer. Si vous avez la possiblité, écartez-vous de ces dangers potentiels
  • Observez ce qui vous entoure. La température de l’air ambiant, la pression atmosphérique, les vagues qui grossissent par temps calme sont des signes de changement de temps 
  • Restez en harmonie avec votre bateau et gardez l’éveil sur son fonctionnement :
    • Une barre assez dure peut être signe d’un bateau mal équilibré ou trop voilé
    • Un bateau qui tangue de façon inhabituelle a une carène sale ou une charge mal centrée
    • Tout bruit suspect doit être suivi d’une inspection visuelle complète du bateau.

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire