Le manque à virer

Mythe ou réalité sur nos multicoques.

Les multicoques et surtout les catamarans souffrent d'une réputation de collectionner les manques à virer. Avec la multiplication des étraves qui doivent affronter les éléments, une inertie assez faible, il faut reconnaitre que le virement n'est pas toujours des plus aisés sur un multicoque. Certains multicoques virent plus facilement que d'autres. Beaucoup de critères sur la conception du bateau influent pour obtenir cette qualité qui peut être considéré comme une sécurité. Mais la conception du bateau n'est pas la seule raison d'un manque à virer et même sur un bateau réticent à virer il existe des solutions pour réussir cette manoeuvre si courante.

Les différentes causes du manque à virer.

Le manque de vitesse

Img 8935 copieC'est un comble sur ces bateaux réputés aller vite. La cause principale pour les manques à virer est un manque de vitesse du bateau au moment de franchir le lit du vent. Pour passer ce cap de face au vent, le bateau doit avoir un minimum d'erre au départ car la faible inertie du bateau le fera ralentir rapidement.
Quelles sont les causes de ce manque de vitesse :

  • Un navire qui évolue sur une mer clapoteuse ou houleuse avec un vent assez faible. Le bateau manquera de puissance pour passer ces multiples obstacles.
  • Un virement trop rapide, si on met trop d'angle au(x) safran(s) pour virer, ils agiront comme un frein.
  • Une virement trop lent. si la route à réaliser est trop longue, le bateau va perdre petit à petit sa vitesse.
  • Commencer le virement alors que le bateau n'a pas assez de vitesse.
  • Manque de puissance
    • Bateau sous toilé
    • Voiles mal réglées

Mauvaise synchronisation

La manoeuvre du virement ne représente pas de difficulté particulière. Il faut juste faire dans l'ordre et à la bonne vitesse. Plus le vent et la mer seront forts, plus il faudra bien synchroniser les phases du virement de bord.

  • Foc choqué trop vite entraine un manque de puissance et en faseyant créer un coup de frein au bateau. Le foc doit être choqué au moment où il commence à faseyer pas avant. Dans le doute, il vaut mieux trop tard que trop tôt.
  • Déclenchement du virement au mauvais moment fera ralentir le bateau ou lui faire perdre sa puissance.
    • Commencer le virement en bas de la houle va faire ralentir le bateau quand il entamera la remontée.
    • Lancer le virement juste avant qu'un clapot court ne frappe les étraves du bateau ralenti le bateau.
    • Lancer le virement juste avant de rentrer dans un vent faible.

Ne pas être au prés serré

Sur un multicoque rapide les voiles sont souvent bordées assez plates, et ce d'autant plus que le multicoque navigue vite. Les plus rapides naviguent voile bordées plates au portant !!! Il arrive parfois que l'on pense être au prés alors que l'on est vent de travers ou au bon plein.

Il ne faut pas partir du vent de travers ou au portant pour faire un virement. La distance à parcourir serait trop longue, le bateau aura perdu sa vitesse et s'arrêtera... Il faut absolument se situé sur une allure de prés à une vitesse stabilisée avant d'envoyer le virement.

GV trop bordée

Nos engins possèdent une grand voile qui porte souvent bien son nom. Elle est souvent de fortes dimensions. Lors du virement de bord, elle agit telle une girouette si elle est trop étarquée. Sur certains multicoques qui ont du mal à virer choquer légèrement la GV sera indispensable, pour d'autres, ce sera moins obligatoire. Au skipper de s'adapter au bateau.

Les dangers du manque à virer

Un manque à virer peut avoir plusieurs raisons, comme vu au paravant. Ayant pour conséquence un manque de puissance ou de vitesse du voilier. En général, avec du vent et de la liberté de manoeuvre autour du voilier, on peut refaire son virement de bord assez rapidement. Mais dans certaines situations, il est indispensable de virer dans l’urgence et l'erreur est interdite. Cela peut être le cas en remontant au vent en approche de la côte ou d’une roche ou encore, dans un chenal étroit ou un lieu très fréquenté.

Le principale risque du manque à virer est de reculer avec le bateau et de sensir par l'arrière. Il faut éviter autant que possible que le bateau recule. S'il devait reculer, il faut que cela se fasse de manière lente et courte dans le temps. Reculer avec un multicoque en cas de manque à virer est une des causes possibles de retournement avec un multicoque de croisière. En reculant l'eau monte dans les jupes du bateau. Avec le poids et la forme des jupes il s'enfonce doucement. En s'enfonçant cela freine le bateau et crée un croche pied, mais le vent de face lui continue de pousser sur le mat et les voiles. Si la situation persiste et si le vent est fort, cela peut aller jusqu'au retournement du bateau. Si ce risque est faible, il existe.

Comment l'éviter

Quand on sait que le risque de manque à virer est grand, il est conseillé de prendre quelques précautions.

  • Maintenir le foc à contre jusqu'à ce que le bateau reprenne un peu de vitesse sur l'autre bord
  • Choquer un peu d'écoute de grand voile
  • Mettre en route les moteurs (embrayé ou non selon si le doute est vraiment important)
  • Faire prendre de la vitesse au bateau en passant un peu par un prés débridé avant de resserrer le vent et lancer le virement

Que faire en cas de manque à virer

Dés que l'on se rend compte que le bateau ne virera pas, il faut agir TRES VITE. Les actions possibles sont :

  • Mettre le foc à contre pour l'aider à finir le virement si possible, mais ne pas insister sous risque de voir le bateau reculer.
  • Choquer l'écoute de grand voile.
  • Utiliser les moteurs si c'est possible.

Si le bateau recul, ne pas chercher à finir le virement, s'il n'est pas passer en marche avant, il ne passera pas en marche arrière. Il faut repartir dans le même sens qu'avant le virement. Si vous étiez bâbord ou tribord amure, il faire retourner sur le même bord :

  • Mettre les safrans à contre pour aider le bateau à se remettre dans le sens de la marche.
  • Mettre le foc à contre.
  • Choquer la grand-voile si ce n'est pas déjà fait.
  • Si les moteurs sont en marche, utiliser le moteur qui était initialement sous le vent pour aider le bateau à tourner au plus vite.

Une fois que le bateau a repris sa route, il faut reprendre de la vitesse se mettre au prés et relancer le virement.

Le virement est enfin passé, il est temps d'essayer de comprendre ce qui n'a pas marché pour s'améliorer pour la prochaine fois.

 

 

Articles complémentaires : Le virement de bord

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Bonjour à toutes et à tous,

 

Pour des raisons techniques, l'apparence du site a changé.

 

En espérant que ce nouvel environnement vous convienne

 

Alexandre de Multicoques Pratique

multicoques pratique